La motricité libre

Lors de ma grossesse et encore plus à la naissance de ma fille, je me suis beaucoup documentée sur la motricité des bébés. Je n’y connaissais rien du tout et j’avais envie d’apprendre comment m’y prendre. Puis je suis tombée un jour sur cet extrait du film « Motricité libre : bien dans son corps, bien dans sa tête » qui a été un vrai déclic pour moi !

J’avais enfin trouvé comment concrètement aider ma fille tous les jours pour se sentir bien dans son corps. Le principe ? Justement, ne rien faire ! 

C’est ce qu’on appelle la motricité libre : laisser faire bébé sans intervenir dans ses découvertes motrices et sans le mettre dans une position dont il ne peut sortir de par lui-même.

J’ai trouvé que ça avait tellement de sens… Elle est programmée pour apprendre à faire ça toute seule et c’est son plus grand désir. Dès toute petite, son estime de soi peut se construire en voyant qu’elle arrive à franchir les étapes de son développement par elle-même.

Du coup, je te propose un article un peu plus fourni que les autres pour te faire découvrir la motricité libre.

La motricité libre : laisser-faire sans intervenir

Commençons par un exemple. Lorsque Alicia a eu 1 an à peu près, elle se mettait debout depuis un mois, prenait de plus en plus d’assurance et davantage d’équilibre. Son plus grand plaisir était de se mettre debout dès qu’elle le pouvait pour attraper tout ce qui se trouvait à sa portée ! Déco, journaux, ordinateurs… Tout y passait sans notre vigilance ! Il fallait voir le bonheur pour elle de se mettre sur la pointe des pieds pour tenter d’attraper l’objet tant convoité. Prochaine étape : la marche ! Nous avions deux solutions : aider Alicia à marcher en la tenant par les mains ce qu’elle demandait très facilement… Ou ne pas intervenir en lui faisant confiance, elle marchera quand elle sera prête.

Nous avons choisi la solution numéro deux. Pourquoi ? La réponse se trouve notamment dans ce livre que je recommande chaudement. Il est ma référence concernant le développement moteur des enfants :

« De la naissance aux premiers pas : accompagner l’enfant dans ses découvertes motrices » de Michèle Forestier

On y apprend que l’enfant est capable par lui-même de découvrir seul toutes les possibilités qui sont en lui. Il est programmé pour apprendre à marcher, et ce naturellement, sans que l’adulte soit obligé d’intervenir. Le laisser-faire par lui-même lui permettra d’acquérir un fort sentiment de confiance en soi : « Je sais le faire tout seul » et lui permettra de ne pas être dépendant de l’adulte pour parvenir à répondre à ses désirs. Ce livre nous explique comment se développent nos enfants de façon très accessible et pratique, et surtout il nous donne des solutions lorsque nous voyons que nos bébés ont des difficultés à passer certaines étapes.

Le principe de la motricité libre démarre dès la naissance en adaptant au mieux l’environnement pour l’enfant afin d’éviter tout danger et surtout pour éviter de répéter « Non ne touche pas à ça ! » à son enfant à longueur de journée.

Ce principe reposant pour les parents devient surtout un énorme plaisir quand ils regarderont leur petit bout faire toutes ses découvertes par lui-même.  L’idée n’est pas de le laisser faire seul dans son coin. Bien au contraire, il s’agit de l’accompagner par la parole, de l’encourager, de lui faire remarquer ce qu’il arrive à faire ou juste se taire, observer et profiter.

Avant tout, il s’agit de faire confiance à son enfant sachant qu’il y arrivera tôt ou tard  et d’éviter de lui envoyer le message « Sans moi t’es pas capable… ».

La motricité libre en pratique :

Quelques illustrations extraites du blog Bougribouillons pour envisager tout ça.

motricite_libre_sol

La période au sol :

Un bébé aime être un maximum par terre. Ainsi il peut bouger comme il en a envie. Un tapis au sol ça ne coûte pas cher et c’est ce qu’il y a de meilleur pour bébé. Il est important de toujours l’installer sur le dos, car c’est une position confortable pour lui et qui lui permet de voir tout ce qui se passe autour de lui. La position sur le ventre lorsqu’il est éveillé est inconfortable et insécurisante, car il ne peut pas en sortir par lui-même. Elle peut créer un sentiment de panique lorsqu’il désire bouger.

À la maison, nous nous sommes équipés d’un grand tapis sur tout le sol de la chambre d’Alicia sur lequel nous avons rajouté une couverture ou une peau d’agneau ultra moelleuse et confortable. J’avais installé un mobile au-dessus de sa tête, un miroir à côté d’elle le long du mur et hop ! Voilà de quoi passer de jolis moments avec elle. Nous transportions toujours un petit tapis partout pour pouvoir toujours la poser par terre même à l’extérieur. 

img_2215

motricite_libre_assis

La période assise :

Rien ne sert de courir il faut partir à point ! Bébé se mettra assis quand il sera prêt. Il se régalera tout seul à essayer de trouver un moyen pour s’asseoir. Le but est de le laisser explorer un maximum son environnement lorsqu’il est allongé avec quelques jouets (1 ou 2 pas besoin de plus) autour de lui et de lui laisser le temps de franchir toutes les étapes : se tourner d’un côté, de l’autre, sur le ventre, puis sur le dos et enfin essayer de s’asseoir…

Alicia a passé beaucoup de temps à se tourner d’un côté de l’autre, à essayer d’attraper un objet de toutes les manières possibles. Puis lorsque tout ça était bien acquis, elle a commencé à tenter de s’asseoir seule. Quelle fierté le jour où elle a réussi ! Nous n’avions pas peur qu’elle tombe et nous n’avions pas besoin de la caler dans des coussins puisque par elle-même elle savait changer de position et se maintenir assise.

motricite_libre_marche

La période debout :

Une fois bébé debout la tentation est grande de le faire marcher, car il aime ça, mais en le laissant faire et en l’observant, on se rend compte de toutes leurs capacités et de leur ingéniosité pour parvenir à leur fin.

Durant cette période, Alicia prenait de l’assurance et aimait tenter de nouvelles découvertes sans jamais nous demander quoi que ce soit. La laisser faire lui a évité beaucoup de frustrations, car elle était indépendante. Parfois, elle demandait à prendre nos mains pour avancer, mais comme nous ne répondions pas à sa demande et que nous ne pouvions pas être tout le temps disponible elle a su faire seule. Le jour où Alicia a marché seule a été l’un de nos plus beaux moments !

premier pas

 En bref pour encourager bébé

  • Le poser au sol sur le dos le plus souvent possible au lieu de le mettre dans un transat.
  • Le laisser apprendre à s’asseoir seul au lieu de l’installer assis.
  • L’encourager à pousser sur ses jambes pour se mettre debout et se tenir à un meuble au lieu de lui tenir les mains.
  • Le laisser apprendre à marcher seul au lieu de le faire marcher ou de le mettre dans un trotteur.
  • Lui laisser du temps pour franchir ses étapes.

(Merci à l’auteur de Bougribouillons pour son travail excellent !)

Maintenant je te laisse la place ! Dis-moi ce que tu as pensé de cet article avec des commentaires constructifs pour m’aider à avancer et envisager d’autres articles de fond (ou pas…). Et si tu as des questions, je peux également y répondre !

 

3 commentaires sur « La motricité libre »

  1. Super!!! Enfin je trouve un blog qui résume ma façon de pensée!! Je suis une jeune maman de 34 ans, d un petit Raphaël de 2 mois et j avoue que je suis assez débordée entre bébé / la maison et le travail pour lire des bouquins!! Et donc, trouver un résumé comme le tien et vraiment top pour moi!!
    Demain, je laisse pour la 1ere fois mon petit ange chez l assistante maternelle et je t avoue que j ai le ventre qui fait des bonds!! Mais il faut bien car je travaille avec mon conjoint qui est à son compte et qui a besoin de moi!! Du coup, la lecture de ton blog me rassure car je pense trouver des réponses à mes questions ; ce qui a déjà été fait!! Rien qu’ aujourd’hui je me demandais comment faire pour lui apprendre à se tourner ….!!
    Merci!!

    1. Merci ! C’est aussi le but de ce blog de donner de l’info aux mamans qui en ont besoin, mais pas forcément le temps d’aller la chercher ! J’espère que l’intégration de ton petit s’est bien passée. Dur dur parfois de se séparer… On les aime ! Bon courage à toi pour ta reprise !!

  2. Super article ! Psychomot en direction petite enfance, j’ai tellement de plaisir à partager ça avec les parents ! Tous n’ont pas forcément conscience de ça et ça leur permet de voir leur enfant autrement, comme un être compétent et plein de ressources pour grandir, c’est tellement beau !!!

Laisser un commentaire